Page blanche...
 
La page couverture… Le prologue, l’introduction à la vie…

Ces pages à peine examinées que les images, les mots défilent devant nos yeux…

On dévore les premiers chapitres… On sourit, on pleure, on rit…

Au tout début de cette longue épopée et on croit déjà tout savoir, on se sent déjà vieux…


Des personnages viennent et partent, d’autres resteront toujours là…

Bien sûr, on se retrouve au premier plan, évidemment…

À mesure que l’on voit les fautes, on les corrige et voilà…

Pourtant, il manque l’essentiel, le but, ce qui nous fait aller de l’avant…


C’est là qu’un chapitre nouveau commence…

Beaucoup de questions n’ont pas encore vu de réponses…

Mais, en quelques vers, on laisse place à la romance…

On voit sa vie autrement, l’histoire prend enfin tout son sens… Plus question alors que l’on renonce…  


Ce chapitre, on ne veut pas qu’il finisse, ce n’est que l’aube de notre vie…

Maintenant, on est assez vieux, on prend la plume et on écrit sa propre histoire…

À deux, on bâtit notre vie autour de l’autre, reconnaissant à l’Auteur d’être ainsi unis…

On se console, on se complète, on s’aime à l’encre noire…


Comme dans tout bon livre, l’amour nous donne des ailes…

On tourne les pages moins vite, on savoure chaque instant, chaque expression, chaque pensée…

On a de paroles aux lèvres que pour lui, que pour elle…

C’est grâce à l’être aimé que l’on prend conscience, que l’on choisit d’être et de rester…


On choisit de rester malgré ceux qui nous quittent…

On meurt parfois de solitude, mais on ne se sent jamais complètement abandonné…

On compte à deux chacune des larmes qui nous habitent…

Et pour chaque page blanche, on se réserve le droit de rêver…


On ne choisit pas toujours le livre…

On ne choisit pas toujours l’encre ni les mots…

Mais on choisit de s’en délecter, de le vivre…

Et à jamais d’être beaux…