Je viens de retrouver les mémoires de mon grand-père, le fils d'Hannah Ritzen. 

"Voici pour le premier enfant perdu. Et maintenant le second. (...) Elle s'est réfugiée pour toujours dans les bras du bâtard. (...) Anne Charlotte a pris sa main et il l'a pressée avec ce brusque élan qu'il aura toujours pour serrer ses cinq fils dans ses bras.. Ainsi font-ils la paix pour la première fois. Depuis trois semaines il est fâché, il a voulu partir, il a bu."